0

Article from Trait D’Union Magazine, June 2018 by Catya Martin.

Monsieur Chatté fête ses 10 ans

Arrivé avec sa famille en décembre 1989 pour développer une agence d’importation de vin, Jean-Yves Chatté n’imaginait pas vivre une aventure entrepreneuriale aussi intense et diversifiée. Son activité de négociant est toujours active avec en plus, une épicerie qui fête ses 10 ans et une activité de traiteur qui, elle, prend de plus en plus de place au sein de l’entreprise familiale.

Artisan avant tout, Jean-Yves, entouré de sa famille veut être reconnu pour le savoir-faire maison. «Je suis venu à la recherche de distributeurs pour un certains nombre de maisons de vin, de négociants, de caves coopératives et de producteurs français », explique-t-il. Hong-Kong représentait pour l’entrepreneur, une porte d’entrée en Asie lui permettant d’ouvrir des comptes à Taiwan, au Japon, à Singapour, en Thaïlande, en Malaisie ou encore en Corée tout en ayant un cadre de vie adapté pour sa famille.


L’ouverture de l’épicerie fine située Sheung Wan en 2008 n’était pas une première pour Jean-Yves Chatté. Dès 1995, il s’était lancé avec l’ouverture une boutique près de Chain Wan, aux côtés de l’enseigne Carrefour qui vient tenter l’aventure à Hong-Kong.


L’expérience, nouvelle pour ce négociant en vins, s’est très bien passée et l’idée de trouver un nouvel endroit pour ouvrir une épicerie est restée ancrée dans la tête de Jean-Yves Chatté. Une idée qu’il concrétisera en 2008.

Face à ses bureaux de Sheung Wan, un fleuriste ferme ses portes et le local est à louer. Immédiatement le Français demande à visiter et c’est le coup de cœur. Par peur d’être trop impulsif, Jean-Yves demande conseil à ses proches. Tous sont unanimes, le lieu est parfait pour accueillir l’épicerie. Venait alors de naître l’enseigne Monsieur Chatté.

Lieu improbable à cette époque pour un commerce de ce type, Jean-Yves est décidé et engage des travaux, une fois la boutique ouverte, il n’hésite pas à aller dans la rue faire goûter ses produits aux passants. « A cette époque il n’y avait pas d’épicerie à la française, d’ailleurs je pense qu’aujourd’hui encore, le concept d’épicerie comme Monsieur Chatté n’existe pas. », indique-t-il. « En 2008, à Sheung Wan on ne trouvait que des marchands de thé, de produits de la mer séchés voire même de commerce de serpents », raconte-t-il.

Le succès arrive assez vite grâce au passage d’un éditeur de presse chinois. « Il est passé dans la rue, est entré, a acheté des produits sans rien dire et après les avoir goûté, nous l’avons vu revenir pour faire un article sur nous. De là, toute la presse locale a suivi », explique-t-il.
La clientèle s’est développée au fil des années avec un véritable noyau de fidèles de la première heure. Produit incontournable depuis l’ouverture, le foie gras maison, fait à partir d’une recette de la grand-mère de Jean-Yves Chatté.

Fils et petit-fils de traiteur, la transition n’a pas été trop compliquée pour cet entrepreneur. « Il y a un lien familial avec le métier de traiteur. J’ai toujours évolué dans ce milieu et cette atmosphère depuis mon enfance », souligne-t-il. Dès l’ouverture de l’enseigne, Jean-Yves Chatté ouvre une cuisine centrale pour pouvoir proposer des plats préparés, « faits maison ».

Une deuxième boutique ouvre ses portes à Tsim Sha Tsui, au sein de la galerie Elements. Succès mitigé pour Mr Chatté qui ne renouvèlera pas le bail trois ans après. « Même si nous n’avons pas eu le succès escompté, cette ouverture nous a donné une visibilité à Hong-Kong », commente-t-il, toujours optimiste. « A notre départ nous avons pris contact avec les responsables de l’enseigne 360 pour ouvrir un comptoir frais chez eux permettant de maintenir le lien avec nos clients », poursuit-il. Depuis un second comptoir a vu le jour à Kwun Tong et chez Great à Pacific Place.

Aujourd’hui, l’activité de négociant est autonome, la boutique de Sheung Wan passe le cap des 10 ans, les comptoirs se multiplient et l’activité traiteur prend une ampleur tant auprès des amateurs de jonques que des sociétés ou des particuliers.

Est venue s’ajouter à tout cela, l’organisation de diners autour de la raclette « all you can eat » à Sheung Wan.

Il y a 10 ans, quatre à cinq employés géraient l’entreprise, aujourd’hui Ils sont près de 25.

« Nous voulons rester une entreprise familiale, tient à préciser Jean-Yves. Notre but n’est pas d’en faire une franchise », prévient le chef d’entreprise.

Fier de voir sa famille reprendre le flambeau même si rien n’était programmé, Jean-Yves Chatté ne mélange pas tout. « Quand on travaille en famille, il faut bien séparer les choses pour que l’ambiance reste bonne », précise le Français.

Lorsqu’on lui demande ce qu’il conseillerait à un jeune entrepreneur à Hong-Kong, sa réponse est ranche et directe : « Le plus important est d’être suivi par son conjoint lorsque l’on est en couple et encore plus avec des enfants encore à charge. Quand je dis suivi, je veux bien sûr dire soutenu, derrière vous. C’est primordial pour surmonter tous les moments, les bons et les moins bons ».

Bon anniversaire Mr Chatté, de la part de l’ensemble de l’équipe de Trait d’Union. Rendez-vous dans 10 ans.

Ref: http://www.traitdunionmag.com/monsieur-chatte-fete-ses-10-ans-2/

0

TOP

X